Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

Attaque terroriste à Rambouillet: une fonctionnaire de police tuée, son meurtrier abattu

Article

le

attaque-terroriste-a-rambouillet:-une-fonctionnaire-de-police-tuee,-son-meurtrier-abattu

La justice antiterroriste s’est saisie de l’enquête sur l’attaque menée vendredi à Rambouillet, près de Paris, où un homme a tué une fonctionnaire de police de coups de couteau à la gorge, dans l’entrée d’un commissariat, avant d’être abattu.

« Nous ne céderons rien » face « au terrorisme islamiste », a déclaré le président Emmanuel Macron sur Twitter, après cette attaque visant une agente administrative travaillant au commissariat de cette ville tranquille, de près de 26.000 habitants, située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé s’être saisi de l’enquête, alors que la France a été marquée ces dernières années par plusieurs attaques à l’arme blanche, notamment contre les forces de l’ordre.

Plusieurs éléments ont mené à une saisine du Pnat: « des éléments de repérage », la qualité de la victime – une fonctionnaire de police prise pour cible -, ainsi que les « propos tenus par l’auteur lors de la réalisation des faits », a expliqué le procureur antiterroriste Jean-François Ricard lors d’un point presse.

Des témoins ont rapporté que l’assaillant aurait crié « Allah Akbar », selon une source proche de l’enquête.

Le Premier ministre s’est rendu sur les lieux, avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. « Notre détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes est plus que jamais intacte », a déclaré Jean Castex, venu montrer le soutien du gouvernement aux « policiers et fonctionnaires du commissariat ».

Les journalistes ont été tenus à distance du commissariat. Depuis leurs balcons, des habitants du quartier résidentiel cossu et sans commerce, ont observé les allées et venues des enquêteurs.

Les faits se sont produits vers 14H20 dans le sas du commissariat, a précisé la source policière.

L’agente administrative du secrétariat, qui avait 49 ans, rentrait de pause quand l’assaillant lui a porté deux coups de couteau à la gorge, d’après les premiers éléments de l’enquête.

Cette femme prénommée Stéphanie, qui n’était pas armée lors du drame, est décédée sur place, malgré l’intervention des pompiers. Elle travaillait à Rambouillet depuis 28 ans et était mère de deux filles, âgées de 18 et 13 ans.

Inconnu de la police

L’assaillant a été touché par les tirs d’un seul policier, d’après une source policière. En arrêt cardio-respiratoire, il est décédé.

Il s’agit d’un ressortissant tunisien de 36 ans, inconnu des services de police et des renseignements.

Selon les premiers éléments, il était arrivé en situation irrégulière en 2009 et avait été régularisé depuis, a indiqué une source policière.

Ce drame survient alors que les forces de police des Yvelines gardent en mémoire le souvenir de l’assassinat d’un couple de fonctionnaires de police, tué à coups de couteau en juin 2016 dans son pavillon de Magnanville, par un homme se revendiquant de l’organisation Etat islamique.

Le 16 octobre 2020, le même département des Yvelines avait été marqué par l’attaque au couteau d’un professeur de collège, Samuel Paty, décapité par un jeune homme de 18 ans originaire de la république russe de Tchétchénie.

« C’est hélas en Yvelines, encore, et à Rambouillet, ville paisible et fraternelle, que l’horreur nous atteint », a affirmé le président du conseil départemental Pierre Bédier, dans un communiqué.

La maire Véronique Matillon a tenu à préciser que Rambouillet était une ville « tranquille, quasi provinciale ». « Cela veut dire que ce genre d’attaque peut se produire partout », a-t-elle regretté.

Le délégué départemental du syndicat Unité SGP Police des Yvelines a appelé à « sécuriser les commissariats ». « Même les plus petits commissariats peuvent être à tout moment une cible », a ajouté François Bersani, en rappelant qu’à Rambouillet, il y a « des personnels administratifs qui font seuls l’accueil, sans arme ».

Après l’attaque de Rambouillet, Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer la sécurité aux abords des commissariats et des brigades de gendarmerie, « notamment s’agissant des accueils ».

Cette attaque rappelle celle au couteau survenue en décembre 2014 au commissariat de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), où l’assaillant avait gravement blessé trois policiers aux cris de « Allah Akbar ».

Depuis 2015, une vague d’attentats jihadistes a fait plus de 260 morts en France.

Plusieurs de ces attaques ont été perpétrées à l’arme blanche et en ciblant les forces de l’ordre, conformément aux mots d’ordre récurrents du groupe jihadiste État islamique (EI).

La dernière attaque meurtrière des forces de l’ordre en France remonte au 3 octobre 2019, quand, dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris, un employé avait tué à coups de couteau trois policiers et un agent administratif, avant d’être abattu.

 

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits Divers

Kendji Girac blessé par balle : les détails de l’incident et son état de santé

Article

le

Kendji Girac blessé par balle cette nuit, pronostic vital est engagé

L’artiste, révélé en 2014 par l’émission « The Voice », a été blessé dans la nuit de dimanche à lundi dans cette commune des Landes.

Une nouvelle mise à jour concernant l’état de santé du chanteur Kendji Girac, victime d’une blessure par balle au thorax dans la nuit de dimanche à lundi à Biscarrosse, dans les Landes, apporte de nouveaux éléments sur les circonstances de l’incident.

Selon des sources proches de l’enquête, le chanteur de 27 ans aurait expliqué aux secours avoir acquis l’arme en question, un Colt 45, lors d’une brocante, et aurait été blessé alors qu’il la manipulait. Une arme du même modèle a été découverte sans chargeur près du lieu où il se trouvait.

Les gendarmes, qui n’ont pas encore interrogé Kendji Girac, maintiennent toutes les pistes ouvertes et poursuivent leurs investigations. Le parquet de Mont-de-Marsan a déclaré ne pas être en mesure de fournir de détails supplémentaires pour le moment.

Le pronostic vital de Kendji Girac, initialement annoncé comme engagé, ne l’est pas selon des sources proches de l’enquête et les pompiers des Landes. Il était conscient au moment de son transport à l’hôpital Haut-Lévêque à Pessac, près de Bordeaux, où il a été admis pour recevoir des soins. Les membres de sa famille se sont également rendus à son chevet.

Le camp où s’est déroulé l’incident, fréquenté par la communauté des gens du voyage, est situé à Biscarrosse, sur la route de Parentis-en-Born. Il n’est pas connu pour des faits de violence récents.

Originaire de Périgueux, Kendji Girac a été révélé au grand public en 2014 après sa participation et sa victoire dans l’émission The Voice. Depuis, il a vendu des millions de disques et est devenu l’un des piliers des Enfoirés.

La ville de Bergerac, où il a des attaches, a exprimé ses vœux de rétablissement au chanteur, tandis que les fans et les proches attendent avec inquiétude des nouvelles sur son état de santé.

Lire Plus

Faits Divers

Braquage d’une banque à Clermont-l’Hérault : le suspect retrouvé mort

Article

le

Un homme a braqué une agence bancaire à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, ce mercredi matin. Le braqueur est décédé, et aucun autre individu n’a été blessé lors de l’incident.

Un braquage a eu lieu ce mercredi matin à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, dans la banque Dupuy-de-Parseval. Selon une source proche de l’enquête, il était aux alentours de 9h30 quand un homme a utilisé son véhicule, comme voiture-bélier, pour pénétrer à l’intérieur de l’agence bancaire. Les employés sur place ont immédiatement alerté les gendarmes.

L’homme suspecté de ce braquage a été retrouvé mort, selon une source proche enquête. Il n’y a pas d’autres victimes. Un périmètre de sécurité avait été mis en place dans cette zone commerciale près de l’échangeur de l’A75. Le GIGN avait été appelé sur place. L’intervention était terminée avant son arrivée.

Lire Plus

Faits Divers

Mort du petit Emile: un nouveau fragment d’os découvert

Article

le

Mort du petit Emile: un nouveau fragment d'os découvert

Les gendarmes ont retrouvé de nouveaux ossements appartenant au petit Émile à proximité du lieu où le crâne de l’enfant a été découvert le 30 mars.

Un nouveau fragment d’os appartenant à Emile, le garçonnet disparu début juillet dans le hameau du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), a été trouvé près du lieu où son crâne et ses vêtements avaient été retrouvés il y a une dizaine de jours, a confirmé le procureur d’Aix-en-Provence.

Cette découverte, confirmée par le procureur Jean-Luc Blachon, ne permet cependant pas de progresser dans la détermination de la cause du décès de l’enfant. Le fragment d’ossement a été identifié comme appartenant à Emile par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

Emile, âgé de deux ans et demi, avait disparu le 8 juillet dernier alors qu’il séjournait chez ses grands-parents maternels pour l’été. Son crâne, des dents et ses vêtements ont été retrouvés fin mars et début avril, à environ 1,7 km du hameau, près d’un ruisseau descendant de la montagne.

Malgré ces découvertes, aucune hypothèse sur la cause de la mort d’Emile n’a été privilégiée par les enquêteurs. Les conditions météo et d’autres facteurs pourraient avoir déplacé les restes de l’enfant depuis sa disparition, rendant difficile l’établissement des circonstances exactes de sa mort.

Lire Plus

Les + Lus