Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Airbnb accueilli à bras ouverts à Wall Street

Article

le

airbnb-accueilli-a-bras-ouverts-a-wall-street

Airbnb se préparait jeudi à faire ses premiers pas à Wall Street après avoir fixé son prix d’introduction à 68 dollars, un niveau relevé plusieurs fois face à l’appétit actuel des investisseurs pour les nouvelles sociétés en Bourse.

Le groupe a précisé dans un communiqué avoir pu récupérer environ 3,4 milliards de dollars grâce à cette transaction, une fois tous les frais décomptés.

L’opération valorise la plateforme de locations de logements à environ 47 milliards de dollars en incluant la part des salariés, selon des médias américains.

Airbnb arrive sur la place new-yorkaise au lendemain de l’entrée en trombe du livreur de repas et de courses à domicile DoorDash.

Alors que le prix d’introduction de cette start-up avait été fixé à 102 dollars par action, après avoir déjà été relevé plusieurs fois, le titre a terminé mercredi à 189,51 dollars, en hausse de 86%.

La propagation de la pandémie aux Etats-Unis au printemps avait marqué un coup d’arrêt pour les sociétés souhaitant se frotter aux marchés. Mais la vie boursière est depuis repartie de l’avant et les investisseurs ont montré un vif intérêt pour les nouvelles arrivées cette année, comme le groupe de stockage de données dans le cloud (informatique à distance) Snowflake et la société de traitement de renseignements Palantir en septembre.

Airbnb avait initialement prévu de mettre sur le marché ses actions à une fourchette de prix allant de 44 dollars à 50 dollars l’unité, un intervalle relevé quelques jours plus tard à 56-60 dollars, avant de grimper mercredi soir à 68 dollars.

La société, qui est parvenue à redresser la barre après quelques mois difficiles au début de la pandémie, s’introduira sur la plateforme boursière Nasdaq sous le symbole « ABNB ».

Débuts sur des matelas pneumatiques

Née il y a 13 ans à San Francisco, l’entreprise a bouleversé l’industrie des voyages professionnels et du tourisme.

En 2007, Brian Chesky et Joe Gebbia cherchent un moyen de payer leur loyer et créent un site, baptisé AirBedandBreakfast.com, pour proposer aux participants d’une conférence de les héberger sur des matelas pneumatiques.

Les deux amis sont rejoints en 2008 par l’informaticien Nathan Blecharczyk et forment alors officiellement Airbnb.

Alors que se propage une grave crise financière dans le monde, l’idée de trouver des logements temporaires moins chers, ou de gagner un peu d’argent en louant une chambre, séduit rapidement le public.

La plateforme de locations a bien rencontré des résistances en chemin, plusieurs municipalités et des hôteliers s’inquiétant de voir des logements privés se transformer de facto en hôtels, privant les habitants de logements, favorisant la spéculation immobilière et créant un manque à gagner pour le secteur hôtelier traditionnel.

Mais le groupe a désormais quatre millions d’hôtes à son compteur et plus de 825 millions de clients.

La valorisation d’Airbnb est montée jusqu’à 31 milliards de dollars lors d’une levée de fonds au printemps 2017 avant de retomber à 18 milliards en avril, selon la chaîne CNBC.

Le groupe a alors été heurté de plein fouet par les mesures sanitaires imposées dans le monde à l’hiver et au printemps dernier – son chiffre d’affaires des neuf premiers mois de 2020 a plongé de 32% sur un an.

L’entreprise a dû lever en urgence 2 milliards de dollars pour faire face à la crise et licencier environ 25% de ses salariés.

Cela lui a permis de relever la tête pendant les vacances d’été: de juillet à septembre, la plateforme a gagné 219 millions de dollars.

Airbnb a notamment profité de l’appétit pour les longs week-ends et vacances à proximité, ainsi que du souhait des gens de télétravailler depuis un autre lieu que leur domicile.

La résurgence actuelle de la pandémie dans le monde pourrait mettre à mal ces efforts, la maladie ayant entraîné de nouveaux confinements.

Mais le simple fait qu’Airbnb parvienne à dégager des bénéfices trimestriels peut représenter un atout à Wall Street, où nombre de sociétés relevant de l’économie du partage, comme Uber, sont entrées en Bourse sans avoir jamais réussi à être rentables.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L’inflation en France remonte à 6% en janvier, selon l’Insee

Article

le

L'inflation en France remonte à 6% en janvier, selon l'Insee

Cette hausse proviendrait de «l’accélération des prix de l’alimentation et de ceux de l’énergie».

La hausse des prix à la consommation s’est légèrement accélérée en janvier. Le taux d’inflation a atteint 6% sur un an, après 5,9% en décembre, selon une première estimation publiée mardi 31 janvier par l’Insee. « Cette légère hausse de l’inflation serait due à l’accélération des prix de l’alimentation et de ceux de l’énergie », respectivement en hausse de 13,2% et 16,3% sur un an, estime l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Les prix de l’énergie ont rebondi « du fait de la hausse des prix des produits pétroliers, en partie due à la fin des remises sur les carburants, et de celle, encadrée, des prix du gaz ». Au 1er janvier 2023 ont en effet pris fin la remise à la pompe de 10 centimes d’euros par litre et le plafonnement à 4% de la hausse du prix du gaz (au profit d’un plafonnement à 15% en 2023). A titre de comparaison, les prix de l’énergie avaient progressé de 15,1% sur un an en décembre et de 19,9% en janvier 2022.

Quant aux produits alimentaires, la hausse des prix s’est accélérée en janvier à la fois pour les produits frais (+9,8% sur un an après +9,3% en décembre 2022) et les autres produits alimentaires (+13,8% après +12,6%).

Lire Plus

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

Économie

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l’Insee

Article

le

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l'Insee

Selon la dernière enquête de l’INSEE sur le patrimoine des Français, 50% des Français détiennent 92% du patrimoine. Un déséquilibre stable dans le temps.

Le patrimoine des Français reste très inégalement réparti. En témoigne cette nouvelle enquête de l’Insee menée entre octobre 2020 et mars 2021. La moitié de la population possède ainsi 92% du patrimoine brut des ménages, c’est-à-dire de l’ensemble de leurs ressources (immobilières, financières, professionnelles), avant déduction d’éventuels emprunts. L’autre moitié n’en possède que 8%. Cette répartition est stable par rapport à 2018.

Un patrimoine brut médian à 177.200€

D’après cette enquête, réalisée tous les trois ans par l’Institut national des statistiques auprès de 10.000 ménages, la moitié détiennent plus de 177.200€ de patrimoine brut (soit 124.800€ net), et la moitié, moins de 177.200€. Le patrimoine immobilier constitue l’essentiel du patrimoine des ménages (62%). Près de six ménages français sur dix sont propriétaires de leur résidence principale. Ceux-ci sont en moyenne plus de huit fois plus dotés en patrimoine que les locataires ou les personnes logées gratuitement.

Viennent ensuite le patrimoine financier et le patrimoine professionnel (terres, machines, bureaux, stocks), qui représentent respectivement 21% et 11% du patrimoine brut des Français. Plus le ménage est doté, plus la part du patrimoine immobilier diminue au profit des patrimoines professionnels et financiers. Ainsi, pour les 1% des ménages les plus dotés, le patrimoine est équilibré avec environ un tiers de patrimoine professionnel (34%), un tiers de patrimoine immobilier (36%) et un tiers de patrimoine financier (27%). Est également inclus dans ce calcul le patrimoine résiduel (voiture, équipements de maison, bijoux) qui ne constitue que 6% du patrimoine total des Français, mais 68% de celui des moins dotés, qui ne possèdent peu ou pas de patrimoine immobilier.

L’écart se creuse entre les 10% les mieux lotis et les 10% les moins bien dotés

L’enquête de l’INSEE révèle également que l’écart de patrimoine se creuse entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, en termes de patrimoine. Les mieux dotés disposent en moyenne de 716.300€ d’actifs bruts, contre 4.400€ pour les plus pauvres, soit 163 fois plus. Le rapport est plus élevé qu’en 2018, où il était de 158. Globalement, les 5% des Français les mieux dotés détiennent 34% du patrimoine du pays, et les 1% les mieux dotés, 15%. Ces derniers, les plus favorisés, détiennent des patrimoines supérieurs à deux millions d’euros.

Dans le détail, les 5% des ménages les mieux dotés en patrimoine financier en possède 49% et les 5% les mieux dotés en patrimoine immobilier en détiennent 29%. Enfin, les 5% les mieux dotés en patrimoine professionnel en possèdent 95%.

L’Insee indique également que « le patrimoine brut augmente continûment avec l’âge jusqu’à 60 ans », avant de décroître légèrement. Le patrimoine immobilier d’un ménage connaît un pic entre 40 et 49 ans, et le patrimoine financier augmente régulièrement tout au long de la vie.

Lire Plus

Les + Lus