Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Afghanistan: sur la ligne de front, une paix bien éloignée

Article

le

afghanistan:-sur-la-ligne-de-front,-une-paix-bien-eloignee

Dans le village d’Aziz Abad, la mosquée est inaccessible à la nuit tombée tant les combats font rage. Sur la ligne de front de Maiwand, dans le sud de l’Afghanistan, personne ne croît aux pourparlers de paix de Doha, entre talibans et gouvernement afghan.

Depuis des mois, et malgré les négociations se tenant depuis septembre au Qatar, les incursions talibanes se multiplient dans le district le plus instable de la province de Kandahar, bastion historique des insurgés.

« Tu vois cette mosquée ? », demande Sardar, fermier quadragénaire d’Aziz Abad. « Nous ne pouvons pas y faire la prière du soir, car la situation sécuritaire est trop mauvaise. »

Son village aride, perdu au milieu du désert, se situe à quelques mètres seulement de la dernière base marquant la fin du territoire sous contrôle de Kaboul. Les rues sont vides, des murs détruits. Le silence règne. La population se terre.

« Mes proches vivent là-bas et je ne peux pas aller les voir », regrette Sardar, pointant du doigt le camp taliban.

Le contrôle des insurgés semble permanent. Dans le crachotement d’un talkie-walkie, la police affirme les entendre s’interroger après avoir remarqué de l’autre côté de la ligne de front les véhicules utilisés par l’AFP, pourtant ordinaires mais qu’ils ne connaissent pas.

Parqués dans leur mini-base en terre entourée de barbelés, sans eau courante ni électricité, les policiers montrent les maisons en ruines, tas de gravats et autres tranchées d’où les talibans les observent, et d’où ils attaquent chaque soir.

« Il n’y a pas une seule nuit où n’allons pas nous réfugier dans nos tranchées », raconte Zainullah, 20 ans mais des traits d’enfant, sa moustache se dessinant à peine, tout en désignant de minuscules tunnels jonchés de déchets.

Lui était jeune adolescent quand il a rejoint la police pour défendre son district. Les hommes à ses côtés sont des proches. Ils défendent leur territoire armés de leur seul courage et de quelques vieilles Kalachnikovs. Leur base actuelle, peuplée de chiens faméliques, s’écroule. Les sacs de sable la protégeant sont troués par les projectiles ennemis.

Improbable paix

Le processus de paix vu d’ici paraît bien improbable. « Les talibans ne veulent pas la paix », tranche Zainullah, qui n’utilise qu’un nom, comme de nombreux Afghans. Et de se remémorer avec nostalgie un passé récent, quand les forces afghanes jouissaient du « soutien aérien des forces américaines qui bombardaient les talibans ».

Mais les Etats-Unis ont signé en février un accord avec les rebelles dans lequel ils s’engagent à retirer les troupes étrangères du sol afghan d’ici mi-2021 contre de vagues promesses des rebelles, dont la tenue des pourparlers de paix de Doha avec une délégation de Kaboul.

Eux qui à la tête d’une coalition internationale ont chassé les talibans du pouvoir fin 2001 et comptaient jusqu’à 100.000 soldats au plus fort de leur présence en 2010, devraient ramener ce nombre à 2.500 début 2021, selon un conseiller à la Maison blanche.

Donald Trump a même annoncé début octobre que tout le contingent américain aurait quitté l’Afghanistan « d’ici Noël ». Une nouvelle qui a plombé davantage encore le moral des forces afghanes, que le départ des Etats-Unis met en péril.

L’impact de telles décisions est évident sur le terrain. Libéré de la pression militaire américaine, les talibans ont en à peine une semaine pris deux avant-postes, gagné du terrain, et lancé plusieurs attaques sur Maiwand, énumère Abdul Ghafar, un autre policier.

Les combats n’ont de fait jamais cessé dans le district depuis l’intervention américaine de 2001, qui a mis un terme à cinq années de règne sanglant des talibans.

Ils se sont même « intensifiés » avec les pourparlers de Doha, démarrés en septembre, estime Ahmad Ikhlas, un jeune commandant de police à l’ouïe endommagée dans un attentat. Ce que confirment plusieurs responsables locaux.

D’après le Sigar, un comité parlementaire américain, qui cite des chiffres de l’armée US, les attaques « ennemies » ont cru de 50% entre le 1er juillet et le 30 septembre en Afghanistan par rapport au deuxième trimestre. Un total « supérieur aux normes saisonnières ».

Fin septembre, des centaines d’insurgés ont réussi à pénétrer un ou deux kilomètres en territoire gouvernemental. Ils ont atteint le village de Deh Qubat, situé à une demi-heure de route d’Aziz Abad, une première, avant d’être repoussés par les forces afghanes.

« Les talibans se cachaient derrière les murs, dans les maisons et dans la mosquée. Ils étaient partout », se souvient Atta Jan, un agriculteur de 28 ans, qui prenait son petit-déjeuner quand les insurgés ont fait irruption dans sa rue.

« Je n’ai jamais vu de combats aussi intenses », confirme Khalil, 26 ans, un haut gradé n’utilisant qu’un nom, qui a participé à la libération de Deh Qubat face à quelque 800 insurgés.

« Poudre aux yeux »

« Ils jettent de la poudre aux yeux des Américains, font un accord avec eux, mais pas la paix en Afghanistan. Une autre guerre va commencer », assure cet homme ayant lui-même des proches parmi les insurgés.

Alors que le président Ashraf Ghani multiplie les appels à un cessez-le-feu permanent, les rebelles refusent scrupuleusement de s’engager sur ce terrain, estimant qu’ils se priveraient ainsi d’un fort ascendant sur Kaboul dans leur quête d’une reprise du pouvoir, alors qu’ils contrôlaient ou contestaient déjà près de la moitié du territoire afghan début 2019, selon le Sigar. Une tendance qui n’est depuis lors allée qu’en se renforçant.

Les civils en paient le prix. L’ONU a recensé près de 2.200 morts et 3.800 blessés du conflit les neuf premiers mois de l’année, constatant une reprise des violences depuis mi-septembre.

Quelque 58% des pertes sont causées par les « éléments anti-gouvernementaux », talibans et groupe Etat islamique, selon l’ONU, ce que les talibans rejettent. Au 1er novembre, l’Afghanistan comptait 260.000 déplacés, de même source.

A Maiwand, personne ne croît plus en une amélioration de la situation, dans un pays entré dans sa cinquième décennie de guerre, où les habitants ne connaissent que la violence depuis l’invasion soviétique de Noël 1979.

« J’ai 41 ans et de ma vie entière, je n’ai pas vu la paix », se désespère Bibi Khanum, une villageoise de Aziz Abad.

Les progrès qui ont suivi la chute du régime taliban ont en outre été bien trop lents à se matérialiser, poussant certains à s’engager, pour l’argent ou par conviction, avec les rebelles.

Dix-neuf ans plus tard, la première école pour filles d’Aziz Abad est toujours en construction. « J’aurais été heureuse d’aller à l’école », déplore Malalai, 14 ans et déjà fiancée. « Mais si je commence maintenant, je serai trop vieille quand je serai diplômée. »

Tous les établissements scolaires sont également fermés à Deh Qubat du fait de la situation sécuritaire.

Depuis l’attaque, Rafiullah, 13 ans, craint de sortir de chez lui. A la radio, il entend bien parler des pourparlers de Doha. Mais n’y voit qu’une mascarade. « Les Américains ont fait la paix, lance-t-il. Pas les talibans. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l’UE pour déficit excessif

Article

le

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l'UE pour déficit excessif

La Commission européenne proposera aux États membres d’ouvrir des procédures disciplinaires contre sept pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, qui ont un déficit excessif.

La Commission européenne se prépare à recommander l’ouverture de procédures disciplinaires contre sept États membres de l’Union européenne, y compris la France, pour avoir dépassé le seuil de déficit public autorisé. Cette mesure, qui concerne également la Belgique, l’Italie, la Hongrie, Malte, la Pologne, et la Slovaquie, devrait être formellement proposée aux autres membres de l’UE le 16 juillet, selon des sources européennes.

Ces pays ont enregistré en 2023 un déficit supérieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB), limite imposée par le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. La règle européenne stipule que tout État membre dépassant ce seuil doit réduire son déficit d’au moins 0,5 point de pourcentage par an. En cas de non-conformité, les pays risquent théoriquement des sanctions financières correspondant à 0,1 % de leur PIB annuel. Pour la France, cela pourrait se traduire par une amende de 2,5 milliards d’euros, bien que de telles sanctions n’aient jamais été appliquées jusqu’à présent.

À Bercy, l’annonce de la Commission est accueillie avec sérénité. Le ministère de l’Économie affirme que cette démarche était anticipée et qu’elle ne devrait pas être interprétée comme un indicateur négatif de la santé économique de la France. « C’est une procédure tout à fait normale et prévisible. On s’y attendait et surtout cela ne veut pas dire que la situation économique française est mauvaise, au contraire, » a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère souligne également que les perspectives économiques de la France sont vues de manière positive par la Commission européenne, qui devrait confirmer cette vision dans ses prochaines communications. Cependant, Bercy admet que « tout peut changer à partir du 7 juillet », en référence aux résultats des élections et leur impact potentiel sur la politique économique française.

Cette décision intervient dans un contexte où plusieurs pays européens luttent contre des déficits croissants exacerbés par les récentes crises économiques et sanitaires. La pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques, notamment la guerre en Ukraine, ont mis à rude épreuve les finances publiques de nombreux États membres.

La Commission européenne, qui a temporairement assoupli les règles budgétaires pendant la pandémie, signale par cette initiative un retour à une discipline fiscale plus stricte dans l’espoir de stabiliser l’économie européenne et de préserver la confiance dans l’euro.

Les discussions au sein du Conseil européen sur les recommandations de la Commission seront cruciales pour déterminer la suite des événements, y compris la possibilité de négociations pour des plans de réduction de déficit sur mesure ou, le cas échéant, l’application de sanctions financières.

Lire Plus

Monde

Éducation : Le coût astronomique du sous-investissement, selon l’Unesco

Article

le

Éducation : Le coût astronomique du sous-investissement, selon l'Unesco

Une réforme annoncée inquiète les associations, le sous-investissement dans l’éducation coûte chaque année des milliers de milliards de dollars au monde, selon l’Unesco.

Le manque d’investissement dans l’éducation, qui génère déscolarisation et carences éducatives, coûte chaque année des milliers de milliards de dollars globalement, pointe une étude de l’Unesco publiée lundi.

Dans un rapport intitulé « Le prix de l’inaction : les coûts privés, sociaux et fiscaux des enfants et des jeunes qui n’apprennent pas », des experts de l’Organisation onusienne pour l’éducation, la science et la culture ont chiffré à 10.000 milliards de dollars le coût mondial de la déscolarisation et des lacunes éducatives pour l’année 2030.

Un chiffre « vertigineux », qui excède les PIB cumulés de la France et du Japon, deux des pays pourtant les plus riches au monde, observe la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, dans un communiqué.

Mme Azoulay pointe le « cercle vicieux » du « sous-investissement dans une éducation de qualité ». « Les personnes moins instruites ont moins de compétences. Les travailleurs sous-qualifiés gagnent moins. Les personnes à faible revenu paient moins d’impôts, ce qui signifie que les gouvernements ont moins de ressources à investir dans des systèmes d’éducation accessibles à tous », déroule-t-elle.

Quelque 250 millions d’enfants (128 millions de garçons et 122 millions de filles) n’allaient pas à l’école dans le monde en 2023, selon l’Unesco, et « environ 70 % des enfants des pays à moyen ou faibles revenus ne peuvent comprendre un texte écrit simple à l’âge de 10 ans », d’après Mme Azoulay.

Selon le rapport, le déficit de compétence atteint 94 % en Afrique sub-saharienne, 88 % en Asie du Sud et en Asie de l’Ouest, 74 % dans les pays arabes ou encore 64 % en Amérique latine et dans les Caraïbes.

En réduisant de 10 % le nombre de jeunes déscolarisés ou insuffisamment formés, le PIB mondial croîtrait de 1 à 2 % par an, concluent également les experts de l’Unesco dans cette étude.

« L’éducation est un investissement stratégique, l’un des meilleurs pour les individus, les économies et les sociétés en général », affirme Audrey Azoulay.

Au-delà des considérations financières, l’éducation a un impact sur les grossesses précoces, qui augmentent de 69 % chez les jeunes filles moins éduquées, souligne l’Unesco.

Lire Plus

France

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Article

le

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Le Français était détenu en Iran depuis 2022, alors qu’un tour du monde l’avait emmené jusqu’en Iran. Il est enfin rentré en France.

L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, a atterri ce jeudi matin en France. Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l’a transporté à l’aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement étreint son père, puis sa mère, venus l’accueillir. Visiblement fatigué mais souriant, il s’est dirigé, bras dessus bras dessous avec ses proches, vers un salon hors du champ des caméras, sans monter directement dans l’ambulance mise à disposition.

Le président Emmanuel Macron avait annoncé sa libération mercredi, exhortant Téhéran à libérer « sans délai » les trois autres Français encore détenus dans ce pays. « Louis Arnaud est libre. Il sera demain en France après une trop longue incarcération en Iran », a annoncé le président dans un message posté sur X (anciennement Twitter). « Je remercie nos amis omanais et tous ceux qui ont œuvré à cette issue heureuse », a-t-il écrit. Le trentenaire avait entamé un tour du monde en juillet 2022 qui l’avait mené jusqu’en Iran, « un pays qu’il rêvait de visiter depuis longtemps pour la richesse de son histoire et l’accueil de ses habitants », avait relaté sa mère Sylvie Arnaud il y a quelques mois.

Le consultant avait été arrêté en septembre 2022 avec d’autres Européens accusés d’avoir participé aux manifestations après la mort de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne décédée après son arrestation par la police des mœurs. Ses compagnons de voyage avaient été assez vite libérés, mais Louis Arnaud était resté en prison avant d’être condamné, en novembre dernier, à cinq ans de prison pour propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien. Sa condamnation avait été jugée « inacceptable » par Paris.

« Les accusations portées à son encontre, à savoir propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien, sont totalement infondées », ne cessait de marteler sa mère. Les trois autres Français encore détenus dans les geôles iraniennes sont le couple Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai 2022, ainsi qu’un Français prénommé Olivier, dont le nom n’a pas été rendu public.

« Nous allons évidemment continuer nos efforts pour les trois Français qui restent incarcérés en Iran », a indiqué la source diplomatique.

Lire Plus

Les + Lus