Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Afghanistan: au moins six morts dans une attaque à la bombe contre le convoi du vice-président

Article

le

afghanistan:-au-moins-six-morts-dans-une-attaque-a-la-bombe-contre-le-convoi-du-vice-president

Au moins six personnes ont été tuées et douze blessées lors d’une attaque à la bombe visant le convoi d’Amrullah Saleh, premier vice-président afghan connu pour son hostilité envers les talibans, mercredi dans le centre de Kaboul.

« Ce matin alors que nous nous rendions à mon bureau, notre convoi a été attaqué. Je vais bien, mais certains de mes gardes ont été blessés », a raconté M. Saleh dans une vidéo publiée sur Facebook, la main recouverte d’un bandage.

« J’ai des brûlures sur le visage et la main », a ajouté l’ancien chef des services de renseignement afghans.

Akmal Samsoorn, porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré à l’AFP que six cadavres et 12 blessés avaient été emmenés dans les hôpitaux de la capitale.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur Tareq Arian a confirmé l’attaque, précisant quant à lui que deux morts et 12 blessés avaient pour l’instant été recensés.

« L’explosion d’aujourd’hui n’a rien à voir avec nous », a réagi le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid interrogé par l’AFP.

Selon un collaborateur du vice-président, qui a parlé à l’AFP sous couvert d’anonymat, un kamikaze s’est fait exploser près du convoi alors que M. Saleh se rendait à son bureau.

Abdullah, un commerçant qui, comme de nombreux Afghans, n’utilise qu’un seul nom, a raconté que ses fenêtres avaient été brisées par l’explosion. « Un magasin qui vend des bouteilles de gaz a aussi pris feu, faisant exploser les bouteilles », a-t-il ajouté.

Le président afghan Ashraf Ghani a condamné l’attaque.

Connu pour ses positions hostiles aux talibans, Saleh avait déjà été échappé à une tentative d’assassinat l’été dernier pendant la campagne présidentielle, quand un kamikaze et des hommes armés avaient attaqué ses bureaux.

L’attentat avait fait au moins 20 morts, pour la plupart des civils, et 50 blessés.

« Après huit heures de combat, je suis retourné à mon bureau, pour voir mes amis et collègues massacrés », avait-il raconté quelques mois plus tard au site indien The Print.

« Guerre de mots »

« C’est un combat sérieux. Ce n’est pas une guerre de mots. C’est une guerre qui implique le sang. Ils n’avaient pas pris le risque de me rater, mais ils l’ont fait, ils m’ont manqué », avait-il commenté ajoutant que « le cerveau (de l’attaque) était l’ISI », la puissante agence de renseignement militaire du Pakistan, dont il avait dénoncé « l’effrayante ingérence et la manipulation de la société afghane ».

Dans un tweet, le ministère de Affaires étrangères a « fermement condamné » ce nouvel attentat. « C’est un soulagement que le premier vice-président soit indemne », a poursuivi Islamabad, que Kaboul et Washington accusent de soutenir les talibans, ce que le Pakistan nie.

L’attaque de mercredi intervient alors que l’équipe de négociateurs afghans et les talibans doivent bientôt démarrer des pourparlers de paix inédits au Qatar.

Dimanche, M. Saleh avait déclaré que l’engagement des talibans pour la paix serait mesuré dès le début des négociations, lorsque la délégation de Kaboul fera pression pour un cessez-le-feu permanent.

« Le premier test pour les talibans est (un) cessez-le-feu », a annoncé Saleh lors d’une interview sur Tolo News, une chaine de télévision privée afghane.

« S’ils acceptent un cessez-le-feu, ils sont engagés pour la paix. Si ce n’est pas le cas, ils ne le sont pas », avait-il insisté.

Alors que les préparations sont en cours pour les pourparlers de Doha, la violence n’a pas cessé.

Mardi, le porte-parole du président afghan avait accusé les talibans de mener des attaques quotidiennement à travers le pays.

« Ces attaques brisent l’espoir de millions d’Afghans qui rêvent de paix et qui ont hâte de voir les pourparlers de paix débuter et la violence cesser », a-t-il écrit sur Twitter.

Prévue en mars, l’ouverture d’un dialogue de paix, inédit entre les deux camps, a été reportée à plusieurs reprises du fait de désaccords autour d’un échange de prisonniers aujourd’hui presque achevé.

La date de leur démarrage n’a pas encore été fixée alors que plusieurs pays dont la France et l’Australie s’opposent à la libération de six derniers captifs, coupables d’avoir tué plusieurs de leurs ressortissants.

Selon Saleh, ces prisonniers seront transférés au Qatar.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Monde

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

Article

le

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

L’Iran a lancé une attaque de drones contre son pays ce samedi 13 avril au soir, marquant ainsi une escalade dans les tensions régionales.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas, une action attribuée à Israël. Cette série d’événements suscite des inquiétudes quant à une possible escalade des tensions au Moyen-Orient.

À Téhéran, des médias d’État ont confirmé une attaque de drones en cours contre Israël, considéré comme l’ennemi juré de l’Iran.

En réponse, les alliés de l’Iran, notamment le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, ont également mené des attaques contre Israël. Le Hezbollah a tiré des roquettes sur le Golan occupé par Israël, tandis que les Houthis ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

Les États-Unis ont été appelés à rester à l’écart du conflit par l’Iran, mais la défense anti-aérienne américaine aurait abattu des drones iraniens visant Israël, selon un responsable américain.

Des sirènes d’alerte ont retenti dans plusieurs régions d’Israël, notamment à Jérusalem, au Néguev (sud) et dans le nord du pays, signalant une possible attaque imminente.

Une heure après le début de l’opération iranienne, l’agence officielle Irna à Téhéran a rapporté le lancement d’une première vague de missiles balistiques « profondément à l’intérieur des territoires occupés (Israël, NDLR) ».

Cette attaque est considérée comme une réponse à une frappe sur le consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a causé la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution. L’Iran a accusé Israël d’être derrière cette attaque, bien que ce dernier n’ait ni confirmé ni nié sa responsabilité.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a rapidement convoqué une réunion de crise avec son état-major et ses collaborateurs, tandis que les États-Unis ont réaffirmé leur soutien « inébranlable » à Israël.

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont fermé leur espace aérien, tandis que l’Égypte a placé ses défenses aériennes en alerte maximale.

Les gouvernements britannique, français et allemand ont condamné l’attaque iranienne, exprimant leurs préoccupations quant à une possible escalade du conflit au Moyen-Orient.

Israël a fermé son espace aérien et suspendu les activités scolaires pour les deux prochains jours en raison de la menace sécuritaire.

L’Iran, ennemi déclaré d’Israël et allié du Hamas, auteur d’attaques contre Israël par le passé, souligne le risque d’une escalade régionale majeure suite à ces récents événements.

Lire Plus

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Les + Lus