Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

A Paris, un opéra « africain » créé par l’ex-leader de Blur et le réalisateur de Timbuktu

Article

le

a-paris,-un-opera-« africain »-cree-par-l’ex-leader-de-blur-et-le-realisateur-de-timbuktu

Un opéra qui veut « chanter » les relations entre l’Afrique et l’Europe, aussi douloureuses soient-elles: « Le Vol du Boli » est le fruit de la rencontre entre l’un des plus célèbres réalisateurs africains, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, et le touche-à-tout de la pop anglaise, Damon Albarn.

L’opéra, dont la première se tient mercredi au Châtelet à Paris, conte l’histoire des relations entre l’Afrique et l’Europe depuis le XIIIe siècle, à travers un fétiche, le boli. Dans la culture animiste bambara de l’Afrique subsaharienne, il s’agit de l’objet le plus sacré, considéré comme un protecteur et un guide.

Une grande partie des artistes sont Africains et les musiciens maliens, congolais et burkinabés sont accompagnés d’un chœur ancien (masculin) et d’un chœur féminin mené par la célèbre chanteuse malienne Fatoumata Diawara, qui a déjà collaboré avec le groupe Gorillaz et Abderrahmane Sissako dans son film « Timbuktu ».

Une oeuvre qui rappelle le spectacle musical « Bintou Wéré » (2007) présenté à Bamako puis au même Théâtre du Châtelet comme « le premier opéra africain », né de la collaboration d’artistes originaires des pays du Sahel.

En 2016, le Théâtre du Châtelet contacte le musicien anglais –chanteur des groupes Blur et Gorillaz– pour écrire un opéra du XXIe siècle. Pour son troisième spectacle musical, l’auteur-compositeur de 52 ans pense tout de suite à l’Afrique, après s’être inspiré de l’Asie pour « Monkey Journey to the West (2007) et de l’univers d' »Alice au pays des merveilles » pour « Wonder.land » en 2016.

Mais l’Anglais ne se sent pas « légitime » pour créer un opéra seul, qui plus est sur l’Afrique, explique-t-il à l’AFP. C’est alors que Abderrahmane Sissako, réalisateur notamment de « Timbuktu » (2014) –couronné de prix à travers le monde–, entre en scène.

Leur première rencontre a lieu au bord du fleuve Niger, au Mali, se souvient Damon Albarn. « Être ensemble à Bamako m’a permis de voir quelqu’un d’autre en Damon. Ce n’était plus le musicien, mais un homme heureux et généreux », déclare le réalisateur mauritanien, 58 ans, qui avoue qu’il connaissait à peine les chansons du Britannique avant de le rencontrer.

« Chanter le mal »

Pour l’écriture du livret, Abderrahmane Sissako et le réalisateur Charles Castella, amis de longue date, s’inspirent de l’histoire du vol du boli, narrée par Michel Leiris dans « L’Afrique fantôme », journal de bord qu’il a tenu pendant la célèbre mission ethnographique Dakar-Djibouti (1931-1933).

L’ethnologue avait été chargé de dérober un boli. L’objet volé, assemblage de matières organiques dont la forme peut évoquer un animal, est exposé au Musée du Quai Branly.

Dans son livre, « Michel Leiris se repent de ce vol mais le musée n’expose pas cette page du livre », indique Charles Castella. « Abderrahmane m’a dit +On va ouvrir à la bonne page+, et cela a été le point de départ », poursuit le co-auteur de l’opéra.

La question de la restitution des œuvres d’art volées, offertes ou achetées –à bas prix– dans les pays qui étaient alors des colonies françaises anime depuis plusieurs années les milieux culturels notamment.

Mais « Le Vol du Boli » ne se veut pas une « tribune politique », déclare le réalisateur mauritanien. « C’est une conversation ». Damon Albarn espère lui que cet opéra donne « de la matière à penser ». « On plante une petite graine, et c’est le début du changement », ajoute-t-il.

« L’Art ne doit pas s’exprimer violemment. Si tu as mal quelque part, c’est beaucoup plus émouvant de chanter le mal que de le crier », abonde Abderrahmane Sissako.

Damon Albarn a écrit la musique, Abderrahmane Sissako et Charles Castella le livret, mais le processus de création s’est appuyé sur des ateliers auxquels ont participé depuis 2018 musiciens, comédiens et danseurs, entre le Mali, la France et l’Angleterre.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

DJ Snake sera aux platines lors du prochain Super Bowl

Article

le

DJ Snake sera aux platines lors du prochain Super Bowl

Le DJ français aux nombreux tubes va mixer avant le coup d’envoi du Super Bowl, événement sportif le plus regardé aux États-Unis. Il chauffera ainsi la place pour Rihanna qui assurera le show de la mi-temps.

Il avait déjà enflammé 63.000 personnes au Parc des Princes en juin 2022, DJ Snake s’apprête désormais à faire danser des millions de personnes en mondovison, lors de l’évènement le plus attendu et regardé aux Etats-Unis. La NFL, la ligue américaine de football américain, a annoncé ce jeudi que l’artiste parisien allait mixer au bord du terrain, avant le coup d’envoi de la 57e édition du Super Bowl, la finale du championnat, le 12 février prochain.

Le supporter du Paris Saint-Germain n’a pas encore réagi sur les réseaux sociaux, il a simplement repartagé sur son compte Instagram l’annonce de la NFL. Plus de 230.000 personnes ont aimé sa publication trois heures après l’avoir posté.

Rihanna pour le show de la mi-temps

Le match aura lieu à Glendale, dans l’Arizona. Les deux franchises qui s’affronteront seront connues dans la nuit de dimanche à lundi à l’issue des deux finales de conférence qui opposent les San Francisco 49ers aux Philadelphia Eagles (21h, heure française) et les Kansas City Chiefs aux Cincinnati Bengals (00h30).

Le traditionnel show de la mi-temps sera assuré par la superstar Rihanna, qui n’est pas apparue sur scène depuis plusieurs années. Le chanteur de country Chris Stapleton chantera lui l’hymne national américain avant la rencontre.

Selon la NFL, plus de 120 millions de téléspectateurs étaient devant leur écran pour le dernier show, le 13 février 2022, qui réunissait à Los Angeles des gloires du rap californien comme Dr. Dre, Snoop Dogg, Kendrick Lamar, mais aussi Eminem et Mary J. Blige.

Lire Plus

Culture

Indochine menace d’annuler sa participation aux Déferlantes qui délocalise le festival à Perpignan

Article

le

Le festival « Les Déferlantes » a déménagé à Perpignan, ville du maire RN Louis Aliot. Ce qui ne plaît pas du tout au groupe français.

Indochine a menacé samedi 7 janvier dans un communiqué de ne pas participer à l’édition 2023 des Déferlantes prévue du 6 au 9 juillet en raison du déplacement du festival dans la ville de Perpignan gérée par le Rassemblement national. « Nous avons été mis devant le fait accompli (…). Nous demandons expressément à la direction des Déferlantes de déplacer ce festival dans un autre lieu, faute de quoi, nous annulerons notre venue », écrit le groupe.

La direction du festival et la municipalité de Perpignan ont annoncé vendredi dans un communiqué commun que Les Déferlantes quittaient le site du château d’Aubiry de Céret pour le parking du Parc des Expositions de Perpignan afin d’améliorer l’accueil des festivaliers. Le maire Louis Aliot s’est félicité vendredi de la venue du festival.

Outre le groupe Indochine, Agnès Langevine, la vice-présidente de la région Occitanie s’est dite, sur France Bleu Occitanie vendredi, « étonnée d’avoir été mis devant le fait accompli ».

Les Déferlantes doivent accueillir sur trois jours de nombreux artistes français et internationaux dont Shaka Ponk, Bigflo & Oli, Soprano, David Guetta, Sting et Rosalia. La défection possible de l’une des têtes d’affiche du festival n’a pas encore fait boule de neige, les autres artistes invités n’ont pas réagi.

En 2022, Les Déferlantes ont fêté leur quinze ans d’existence en accueillant plus de 100 000 festivaliers durant quatre jours. L’édition 2023 sera présentée lundi 16 janvier à Perpignan à l’occasion d’une conférence de presse

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Culture

Kanye West affiche son admiration pour Hitler et fait fuir le réseau social Parler

Article

le

kanye-west-affiche-son-admiration-pour-hitler-et-fait-fuir-le-reseau-social-parler

Le rappeur Kanye West, de plus en plus isolé après ses récentes remarques antisémites, s’est enfoncé un peu plus jeudi avec ses propos admiratifs pour Hitler lors d’une interview lunaire et l’annonce de l’annulation du rachat du réseau social Parler, qu’il convoitait depuis ses démêlés avec d’autres plateformes.

Lors d’une apparition ubuesque dans l’émission « Infowars », animée par le présentateur complotiste Alex Jones, l’artiste, qui se fait désormais appeler Ye et portait une cagoule noire recouvrant la totalité de son visage, s’est lancé dans une tirade sur le pêché, la pornographie et le diable.

« J’aime Hitler », a lancé la star à plusieurs reprises.

Loin de calmer le jeu après ses remarques antisémites qui ont poussé de nombreuses marques, dont le géant allemand Adidas, à couper les ponts avec lui, le rappeur en a rajouté une couche, déclenchant un déluge de condamnations sur les réseaux sociaux.

Dans la foulée, la maison mère de Parler, Parlement Technologies, a annoncé qu’elle renonçait à se faire racheter par le titan du rap. Une décision « prise mi-novembre », a assuré l’entreprise aux commandes de ce réseau social, très populaire auprès des ultra-conservateurs pour sa défense d’une liberté d’expression quasiment sans limite.

Kanye West avait initialement fait part de sa volonté de racheter Parler, après les récents propos antisémites qui ont fait de lui une persona non grata dans le monde des affaires et lui ont valu des suppressions de ses posts sur Instagram et Twitter.

« J’adore les nazis »

Sur le plateau d' »Infowars » jeudi, le rappeur de 45 ans, qui dit souffrir de troubles bipolaires et a récemment suggéré qu’il pourrait briguer la présidence des Etats-Unis en 2024, a redoublé de provocation.

« Je vois des choses positives aussi concernant Hitler », a-t-il déclaré. « Ce mec (…) a inventé les autoroutes, a inventé le microphone que j’utilise comme musicien. On ne peut pas dire publiquement que cette personne a fait quoi que ce soit de bien, et j’en ai assez. »

« J’en ai assez des étiquettes, tout être humain a apporté quelque chose ayant une valeur, surtout Hitler », a-t-il insisté, déclenchant des rires choqués de la part de son hôte, le complotiste d’extrême droite Alex Jones.

« Les nazis étaient des voyous et ont fait des choses très mauvaises », a tenté de le corriger M. Jones, récemment condamné à payer près d’un milliard de dollars pour avoir nié la réalité d’une tuerie dans une école.

« Mais ils ont fait de bonnes choses aussi », lui a rétorqué le rappeur. « Nous devons arrêter d’insulter les nazis en permanence. (…) J’adore les nazis. »

Ces dernières semaines, plusieurs membres de son ancien entourage professionnel avaient dénoncé auprès de médias américains la fascination de Kanye West pour Hitler.

« Infâme et répugnant »

Englué dans une série de polémiques, Kanye West a été lâché en cascade par les marques avec lesquelles il collaborait. L’équipementier sportif Adidas a notamment coupé les ponts avec le rappeur fin octobre à cause de propos jugés antisémites.

La chaîne de prêt-à-porter Gap et la maison de mode Balenciaga lui ont également tourné le dos. Début octobre, le rappeur avait arboré lors d’un défilé à Paris le slogan « White Lives Matter », détournant le nom du mouvement anti-raciste « Black Lives Matter ».

Sur le plateau jeudi, il est apparu aux côtés du suprémaciste blanc Nick Fuentes, avec qui il a participé cette semaine à un dîner très polémique chez l’ancien président américain Donald Trump.

Au-delà de l’ire provoquée sur les réseaux sociaux, ce nouveau scandale du rappeur a poussé la Republican Jewish Coalition à interpeller directement ses amis politiques jeudi.

Proche du « Grand Old Party », l’organisation, qui a récemment reçu de nombreuses figures du parti républicain à Las Vegas, a dénoncé Kanye West comme un « sectaire infâme et répugnant qui a ciblé la communauté juive avec des menaces et de la diffamation digne des nazis ».

« Les conservateurs qui ont fait l’erreur de tolérer Kanye West doivent être clairs sur le fait qu’il est un paria », a-t-elle ajouté.

Lire Plus

Les + Lus