Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

A deux ans des JO-2024 de Paris, la course d’obstacles des organisateurs et de l’Etat

Article

le

a-deux-ans-des-jo-2024-de-paris,-la-course-d’obstacles-des-organisateurs-et-de-l’etat

Après les JO de Tokyo, le patron du comité d’organisation Paris-2024 Tony Estanguet se disait « prêt à courir un marathon à la vitesse d’un 100 mètres » d’ici l’été 2024. A deux ans du top départ, la course s’avère semée d’obstacles pour les organisateurs et l’Etat. 

. Budget: jusqu’où la facture va-t-elle grimper ?

L’inflation pèse sur le budget de 4 milliards d’euros du comité d’organisation des JO de Paris (Cojo) et sur celui de la Solideo, chargée de construire les ouvrages pérennes (4 milliards, dont 1,55 d’argent public).

Du côté du Cojo, aucun chiffre ne filtre sur un montant d’économies à faire. Après les 300 millions d’euros dégagés fin 2020, combien faudra-t-il trouver? Tous les marchés ne sont pas encore passés et tous les sponsors — le géant du luxe LVMH est très attendu après l’arrivée de Carrefour– ne sont pas encore engrangés.

« Ils sont très tendus niveau budget », confie une source proche du dossier, pour tenir dans leur enveloppe (billetterie, sponsoring, contribution du CIO). « La vérité des prix » va tomber à l’automne, disent plusieurs acteurs, pour une révision budgétaire programmée en fin d’année.

Côté Solideo, l’inflation devra bien être payée par quelqu’un, vraisemblablement par l’Etat qui abonde son enveloppe chaque année dans le budget des Sports.

Le contexte économique qui s’annonce difficile rendra encore plus indispensable l’absence de gaspillage, sans quoi les JO perdront l’opinion publique.

. Sécurité: trouver les agents manquants

La cérémonie d’ouverture des JO sur la Seine donne des sueurs froides aux services de police. Devra-t-elle être réduite? Pour l’instant, le Cojo ne veut rien changer. Mais il va aussi falloir assurer la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques pendant deux mois d’été. Une partie des épreuves se dérouleront en plein centre de Paris, place de la Concorde, tout près de l’Élysée, vers la Tour Eiffel ou encore au château de Versailles.

Il faudra avoir les forces publiques disponibles — moyennant finances sans doute– et surtout trouver les quelques 20.000 agents privés nécessaires alors que la filière est à genoux depuis la crise sanitaire.

. Transports: éviter l’embolie sur le périph’ et à la sortie du RER 

Pour gérer les quelque dix millions de spectateurs attendus, la question des transports est essentielle, d’autant que certaines lignes de métro (16 et 17) qui devaient desservir la Seine-Saint-Denis ne seront pas prêtes à temps.

Un rapport sur le système de transports et de dessertes doit être remis à la Première ministre à la rentrée, à la lumière des incidents de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, qui ont mis en avant des problèmes d’accès.

En plus du réseau de transports publics classiques, comme dans toute édition olympique, il faudra aussi affréter des bus supplémentaires, et du coup trouver des chauffeurs alors que la profession manque de bras. Pour l’accueil des Jeux paralympiques, il y a également des progrès considérables à faire côté accessibilité.

Le décret définissant les « voies olympiques », c’est-à-dire des voies de circulation réservées du 1er juillet au 15 septembre aux athlètes, aux officiels, aux médias, aux secours a été publié en mai.

. Dopage: ça urge! 

Plusieurs sources du monde de l’antidopage ont affirmé que le Cojo était « très en retard » pour la mise en place de l’organisation de l’antidopage pendant les JO, si bien que même que « le CIO s’inquiète ».

Si c’est l’International Testing Agency (ITA) qui officiera pendant les JO, c’est au Cojo de prévoir la logistique et de s’assurer qu’elle puisse intervenir et travailler correctement. L’AFLD (agence française de lutte antidopage) devrait récupérer la mission.

. Faire « bouger » les Français 

Faire « bouger » les Français alors que la sédentarité fait des ravages chez les adultes et les enfants: l’objectif de santé publique partagé entre l’Etat et les JO s’est traduit pour l’instant par l’initiative, lancée par le Cojo, de mettre en place 30 minutes d’activité physique en école primaire. Sa généralisation est devenue l’une des mesures du programme du président Emmanuel Macron.

L’objectif de trois millions de pratiquants supplémentaires affichés en 2017 après l’obtention des JO sera difficile à atteindre, mis à mal aussi par la crise sanitaire.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus