Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète : Où en sont les aménagements promis à l’Île de Thau ?

Article

le

©Villede Sète

De par son caractère insulaire, l’Île de Thau est peu à peu tombée en désuétude. Alors qu’une importante campagne de travaux a été annoncée, où en sont les aménagements promis par la mairie ?

Une salle polyvalente, un garage solidaire, un nouveau centre commercial, un espace multi-activités… Nombreuses sont les nouvelles infrastructures qui devaient fleurir au niveau de l’Île de Thau. Toutefois, sur l’ensemble des travaux annoncés par la municipalité, on remarque une chose évidente : ils sont tous en retard.

L’aire mécanique solidaire qui devait ouvrir à partir d’avril 2021, a été inaugurée le 6 juillet 2021 et ne semble pas rencontrer son public. « Il manque des outils pour faire certaines réparations », témoigne un jeune résident du quartier qui n’a pas pu faire sa réparation. « Cette aire ne sert absolument à rien, c’est comme la maison du projet. L’enseigne est belle mais il n’y a rien dedans. Ils ont mis un employé anciennement à la déchèterie qui n’a pas de diplôme pour mener des projets d’accompagnement devant la situation catastrophique dans laquelle nous sommes, ce n’est pas sérieux. Nous avons besoin de gens compétents et d’expérience pour s’en sortir, mon projet ce n’est pas de finir dans une déchèterie », ajoute-t-il.

Pour ce qui est de l’espace multi-activités, à proximité de l’Île de Thau, l’ouverture devait être réalisée pour l’été 2021, mais la salle est toujours en travaux. Dans un article daté du 7 septembre 2021, la municipalité affirmait « une ouverture prévue au 2e semestre 2021 », restant ainsi plus vague sur l’avancée des travaux devant les retards accumulés. Pour ce qui est de la salle polyvalente (la promesse de campagne d’une salle de mariage pour la communauté musulmane), les travaux devaient commencer en juin 2021, mais trois mois plus tard, rien n’a été fait…

Le nouveau centre commercial de l’Île de Thau se fait toujours attendre

Par ailleurs, le centre commercial de l’Île de Thau est certainement le dossier le plus alarmant. Dans un article publié le 9 avril 2021, sur son site, la ville de Sète affirmait : « La première étape du chantier est fixée pour fin mai avec la pose d’une dalle de béton. Les travaux se poursuivront cet été. » Ainsi, d’après les propos avancés dans cet article, en ce 16 septembre, les travaux devraient avoir avancé. 

Pourtant, rien de tout cela n’a été fait. Le centre commercial devrait ouvrir au printemps 2022, mais comme les délais sont souvent dépassés, on peut évidemment s’attendre à ce que cette date ne soit pas respectée… En plus de ce nouveau complexe, les alentours de ce futur centre commercial devraient aussi être réaménagés. Les travaux de voirie, de stationnement et des espaces verts devraient être finis pour avril 2022. Certains habitants du quartier affirment même : « Les délais ne sont pas respectés, c’est dommage, car je suis pour le commerce de proximité, ça permet de créer un lien social. Aujourd’hui, c’est devenu un mouroir… De plus, la mairie recule la date de divers chantiers de notre cité à 2026… Bizarrement, juste avant les prochaines élections municipales. »

Pour rappel, le panneau annonçant le nouveau centre commercial avait été posé… juste avant les dernières élections municipales.

Contactée par notre rédaction la ville de Sète n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

2 Commentaires

2 Comments

  1. jean claude reilles

    17 septembre 2021 at 15 h 29 min

    je tiens a dire a la gazette que je ne suis pas un anonyme,j’assume mes propos,sauf sur le sujet de la maison des projets.

  2. jean claude reilles

    17 septembre 2021 at 15 h 30 min

    je m’excuse je voulais dire le singulier et non la gazette qui n’existe plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus