Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète : Marche blanche pour honorer Ayoub, froidement assassiné à l’Île-de-Thau

Article

le

@LeSingulier

Ce samedi 24 avril 2021, les amis et la famille du jeune Ayoub – assassiné il y a tout juste un an – se sont rassemblés en sa mémoire et pour demander justice.

Il y a un an, alors la France était plongée dans son premier confinement, le quartier de l’Ile-de-Thau était bouleversé par l’effroyable exécution dont avait été victime Ayoub, 25 ans. Le 24 avril 2020, Ayoub A. était au volant de sa voiture quand deux individus ont criblé de balles son véhicule. Pas moins de 23 douilles de 9 mm et de 7.65 mm avaient été retrouvées sur le lieu du crime, avenue Saint-Exupéry. Depuis, trois suspects ont été mis en examen.

Une marche blanche en sa mémoire

Un an tout juste après l’horrible homicide sur le jeune de 25 ans, ses amis et sa famille ont décidé d’organiser une marche blanche pour honorer sa mémoire. Samedi, c’est une soixantaine de personnes qui se sont rassemblées à 16 heures, en prélude de cette marche. Le groupe s’était donné rendez-vous sur l’avenue de Saint-Exupéry, près du porche du Globe, là où un an plus tôt Ayoub A. avait perdu la vie. Le cortège a ensuite pris la direction du cimetière Le Py, lieu de repos de la victime. 

Ce rassemblement avait aussi pour but de « réclamer justice », comme le témoignent les deux banderoles déployées sur les lieux du crime. Pour rappel, les parents de la victime avaient dissuadé ses amis de ne pas se venger et souhaitaient « que Justice se fasse sans pressions, ni violences. »

Le débat sur l’insécurité relancé

Peu après l’incident, le syndicat Alliance Police Nationale réagissait en « dénonçant la prolifération des armes dans certains quartiers, favorisant ainsi, les règlements de compte sur fond de trafics de stupéfiants » Elle demandait par ailleurs « une augmentation significative des effectifs de police pour l’ensemble des commissariats de l’Hérault. » Ainsi, cette demande marquait les prémices de l’insécurité grandissante en France. En effet, selon 86 % des Français, la lutte contre l’insécurité est jugée comme un thème « important » de la présidentielle 2022 (sondage Ifop). Cette préoccupation sécuritaire a bondi de 26 points depuis mai 2020 affirme le JDD.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Jack qui te la mit

    26 avril 2021 at 20 h 03 min

    Il son tous sur cette photo les vrai voyou de sète

  2. Jack qui te la mit

    26 avril 2021 at 20 h 43 min

    Il est impollie d’effacer mon commentair !! LES VRAI VOYOU DE SÈTE SUR CETTE PHOTOGRAPHIE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Frontignan

Frontignan : le maire socialiste et les élus écologistes vont trahir les électeurs de gauche

Article

le

Frontignan : le maire socialiste et les élus écologistes vont trahir les électeurs de gauche
©VilledeFrontignan

La élus de la majorité municipale de Frontignan, au soutien de François Commeinhes. Ils devraient voter en faveur de la prochaine augmentation d’impôts de la Sète Agglopôle Méditerranée.

Le maire socialiste de Frontignan, Michel Arrouy, s’apprête à trahir les électeurs de gauche, en votant en faveur de l’augmentation des impôts lors du prochain conseil communautaire de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), prévu pour le 6 avril 2023. Cette mesure, qui équivaut à environ 200 € d’augmentation par habitant, concerne toutes les communes du bassin de Thau.

Alors que le président Renaissance et Les Républicains de la SAM, François Commeinhes, fait face à une résistance inédite, même au sein de ses propres rangs, Michel Arrouy a annoncé contre toute attente, dans le dernier numéro du magazine de la ville, qu’il était favorable à l’augmentation des impôts. La position de la majorité municipale de Frontignan va à l’encontre des revendications exprimées par les électeurs de gauche lors des manifestations qui ont lieu dans tout le pays depuis plusieurs semaines, exigeant une taxation plus élevée des grosses fortune.

Expliquant sa position, le maire socialiste a déclaré : « Après avoir longuement débattu en groupe majoritaire, nous avons accepté le principe de cette hausse. Nous la validons pour maintenir les 40M€ par an sur le territoire et pour voir se réaliser les grands projets d’équipements promis à Frontignan, ainsi que les travaux sur le pluvial dont nous avons besoin. »

Cette décision est un choix surprenant étant donné que la gauche est supposée défendre les intérêts des classes populaires et des ménages les plus modestes, qui font face à une inflation incontrôlable et à une crise énergétique sans précédent. Au-delà de cela, les socialistes et les écologistes qui composent cette majorité municipale à Frontignan, s’apprêtent à trahir leurs électeurs au moment où ils ont le plus besoin de soutien et de lutte. Cette trahison s’inscrit manifestement dans un contexte de chantage politique visant à obtenir des équipements, en échange du vote en faveur d’une augmentation des impôts. Toutefois, ces équipements seraient validés à la condition que François Commeinhes respecte sa promesse d’investissement. Lunaire.

Le maire socialiste de Frontignan et sa majorité municipale ont déjà trahi les valeurs de gauche à plusieurs reprises durant ce mandat. En effet, ils ne permettent pas à notre rédaction de participer aux conférences de presse, car nous avons osé poser des questions dérangeantes sur les dépenses publiques de la ville. De plus, cette majorité ne respecte pas les principes d’une gestion financière saine et transparente, en refusant de transmettre des documents administratifs. Cette attitude a finalement contraint Le Singulier à les obtenir devant le tribunal administratif de Montpellier, et a causé des frais d’avocats inutiles pour les administrés.

Face à cette situation, on peut se demander ce qu’il reste de gauche à Frontignan, en dehors de son maire et de sa majorité municipale. Les électeurs de gauche sont en droit d’attendre de leurs élus qu’ils défendent leurs intérêts, plutôt que de soutenir une politique financière destructrice d’un président de communauté d’agglomération macroniste.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Sète Agglopôle Méditerranée : 2M€ de statues, est-ce bien raisonnable ?

Lire Plus

Économie

Journée morte au port de Sète : les marins pêcheurs crient leur détresse face aux réglementations

Article

le

Sète : les marins pêcheurs crient leur colère face aux réglementations et à la hausse des carburants

Aucun bateau n’est sorti du port de Sète. Les marins pêcheurs ont lancé une opération inédite « filière morte ». Ils protestent contre les réglementations européennes qu’ils jugent inadaptées et la hausse des carburants, qui fragilisent leur secteur.

La pêche, qui ne représente plus que 25% du poisson vendu sur les étals de l’hexagone, est en danger. Dans ce contexte, les professionnels ont décidé de faire entendre leur voix en organisant une journée morte dans les ports de pêche de France, de Boulogne-sur-Mer à Sète en passant par Brest.

Les marins pêcheurs de Sète ont dénoncé le plan d’action présenté par la commission européenne, qui prévoit l’interdiction de certains de leurs outils, comme les chaluts et les dragues, dans les aires marines protégées en 2030. Ils ont également critiqué la décision du Conseil d’État qui impose la fermeture de certaines zones de pêche en Atlantique afin de préserver les dauphins dont les échouages se sont multipliés dans le golfe de Gascogne.

Près de 100 marins pêcheurs de l’Occitanie ont rejoint le mouvement pour exprimer leur détresse et leurs difficultés au quotidien. Les empilements administratifs et la restriction des zones de pêche sont autant de freins qui fragilisent le secteur. Les marins pêcheurs sont inquiets pour leur avenir.

« Si on n’a plus de poissons, c’est toute la filière qui coule », a déclaré un marin pêcheur. Cette journée morte vise à alerter l’opinion publique sur la situation difficile que traverse le secteur de la pêche en France.

Les pêcheurs ont pu bénéficié du soutien du député de la 7e circonscription de l’Hérault, Aurélien Lopez-Liguori, présent jeudi matin aux côtés des manifestants pour soutenir leurs revendications lors de l’opération « filière morte ».

La flotte française a diminué d’un quart en 20 ans. Face à cette situation, les marins pêcheurs ont adressé une lettre ouverte au président de la République pour réclamer une audience à l’Élysée. Ils souhaitent être reçus pour discuter des mesures à mettre en place pour soutenir leur secteur et garantir leur avenir.

Malgré les difficultés, les marins pêcheurs ont affirmé leur détermination à continuer à exercer leur métier et à défendre leur filière

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Gigean

Crise Politique à Gigean : le maire retire les délégations de son adjoint qui s’oppose à une augmentation des impôts

Article

le

Crise politique à Gigean : le maire retire les délégations de son adjoint qui s'oppose à une augmentation des impôts
©Gigean-Marc Gonzalez, 1er adjoint au maire

Le premier adjoint s’oppose à l’augmentation des taxes locales à Sète Agglopôle Méditerranée, ce qui a conduit le maire à lui retirer ses délégations.

Le 6 avril 2023, lors du prochain conseil communautaire de la Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), les élus devront se prononcer sur une augmentation des taxes locales pour les habitants de toutes les communes du bassin de Thau. Cette mesure, équivalant à environ 200€ par habitant, suscite des réactions contrastées parmi les maires du territoire.

Thierry Baeza, maire de Mèze, a déjà annoncé son intention de voter contre cette augmentation et a appelé à freiner les dépenses excessives. D’autres maires du bassin de Thau devraient se rallier à cette position, inquiets des conséquences de cette hausse sur les habitants déjà éprouvés par une inflation galopante. Cependant, certains maires semblent prêts à soutenir cette augmentation, non sans conséquences politiques.

À Gigean, Marcel Stoecklin, maire de la commune, a exprimé début mars à ses colistiers, son intention de voter en faveur de de cette augmentation. Selon nos informations, cette position est loin de faire l’unanimité et a créé des tensions au sein du conseil municipal. La grande majorité des élus de la majorité ne comprennent pas la position du maire de Gigean, qui va à l’encontre des intérêts des administrés.

Marc Gonzalez, premier adjoint au maire en charge de la sécurité et de la communication, fait partie des frondeurs les plus opposés à cette augmentation des impôts qui sera votée prochainement en conseil communautaire. Cette divergence d’opinions a conduit Marcel Stoecklin à retirer les délégations de son premier adjoint, dans le but d’apaiser les tensions internes et de garder la main sur la majorité municipale.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Cette hausse des taxes locales, en pleine crise énergétique et d’inflation, continue de diviser les élus du bassin de Thau. Le vote du 6 avril prochain révélera les choix de chaque camp et leurs conséquences sur l’avenir politique des élus concernés.

À LIRE AUSSI > Sète Agglopôle Méditerranée : 2M€ de statues, est-ce bien raisonnable

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus